Présentation - Mekiel Nelehil

Cette catégorie recense les fiches de présentation des membres validés ET actifs.
Impossible de poster ou d'éditer ici, si une modification est nécessaire il est néanmoins possible de contacter un membre de l'équipe administrative !
Mekiel Nelehil
-
Avatar de l’utilisateur
Mekiel Nelehil

Element

Vocation
Guerissseur niveau 10
Race : Elfe lunaire

Pouvoir spécial
Dissipation des maladies et malédictions

Alignement
Loyal

Péché capital
Paresse

Bien absolu

Mekiel Nelehil
Malheur à qui n'a rien à désirer
  • Age : 112 ans
  • Taille : 200 cm
  • Genre : Femme
  • Race : Elfe lunaire
  • Faction : Enclave
  • Archétype : Guerrisseur
  • Alignement : Loyal Bon
  • Affinité élémentaire : Eau
  • Péché capital : Paresse
  • Signature : Dissipation des maladies et des malédictions
Métier
Sœur de la Lune
Feat : OC - Tatiana hordiienko
Description mentale
  • Naive
  • Altruiste
  • Complexe d'infériorité
  • Gentille
  • Double Visage
Comprendre ce qu’est Mekiel, c’est comprendre ce que peut être de vivre avec deux visages, qui n’ont en commun de peu de chose en fin de compte. Entre joie extériorisée et souffrance intériorisée.

Ainsi passons tout d’abord sur cette personnalité que l’elfe montre aux autres. Celle d’une elfe lisse, toujours joyeuse, souriante, voyant du positif dans la plupart des choses. Le genre de pile électrique qu’il est difficile d’ignorer. Affichant à travers cette joie de vivre, une hyperactivité et une confiance en soi même qui peut motiver ceux qui ont besoin de soutien. De même, Mekiel s’est jeté corps et foi dans la pratique de sa religion, le culte lunaire. Elle est connue pour être de ses personnes pieuses, respecté avec un certain engouement tout les principes qui font leur culte, que ce soit en termes de règle de ses ministres dont elle fait partie, que sur les règles morales et philosophiques qui entourent la vie des fidèles. Un de ces traits par exemple propre à la soumission à la terre étant la modestie.

Connu pour son tempérament assez pacifique et simplet, il est assez difficile de trouver de sa part de la contradiction dans les propos que l’on pourrait lui faire part, peu importe leur gravité. Toujours à relativiser, à expliquer et comprendre les fautes de chacun, elle n’est pas du genre à concevoir l’existence véritable du mal dans chacun des individus. Sur ce plan, il est aussi assez difficile pour elle de s’opposer aux autres, de savoir dire non, notamment quand on lui demande quelque chose avec un minimum d’insistance et d’argument.

Si ce caractère lisse peut lui apporter une absence de sympathie de la part des personnes qui apprécient les contradicteurs et ce qui ont de la personnalité, c’est précisément ce qui fait son charme et sa place, dans les rues d’une foi qui se doit de composer avec l’orgueil des grandes lignées, car curieusement, cela en fait une assez bonne diplomate, de part son incapacité à être vexée peu importe les paroles et à toujours avoir le sourire.

Mais ce visage, si lisse en surface ne complète pas entièrement la personnalité de l’elfe. Car la perfection de surface est bien souvent le signe caractéristique des êtres les plus faux qui soit. Ce qui joue pour une raison ou une autre, une personnalité qui n’est pas la leur. Mekiel n’échappe pas à cela. Il s’agit en réalité d’une personne abimée par la vie ou plutôt par sa famille. Ayant à cause d’elle perdu toute confiance en elle, tout égo. Une personne ayant la conviction d’être un déchet profondément inutile, et qui trouve dans le fait d’être une poupée souriante, dans le fait d’être un objet inoffensif, l’importance dans le regard des autres qu’elle a toujours désiré depuis sa plus tendre enfance. Torturée par son complexe d’infériorité, elle ne vit que par le regard que les autres ont sur elle en termes d’utilité. En dehors de ce regard où elle doit être parfaite, le naturel revint au gallot. Une personne abimée, souffrant existentiellement du vide qui existe dans son âme, pleurant de sa propre condition en silence, avant de retrouver cette illusion de lumière devant le regard d’autrui, où n’a plus besoin de se regarder en face, juste de regarder les autres.
Description physique
En matière de physique et d’apparence, ce que l’on peut dire principalement, c’est que Mekiel n’est pas une personne qui sort du lot du moins vis-à-vis des attributs propre à sa race. Parler de sa taille et de ses colorations pour les comparer aux standards de l’humanité serait malhonnête. Ainsi, si ses deux mètres par exemple peuvent paraitre pour les races éphémères, comme quelque chose d’assez grand, cela reste assez banal vis-à-vis des elfes lunaires, une bonne partie de ces derniers étant bien plus grande que la demoiselle ne le sera jamais.

Comparons donc à ce qu’est la moyenne elfique. La taille assez classique ayant déjà été évoqué attaquons nous au corps en lui-même.

Au niveau de sa beauté, Mekiel est de ses filles qui sans être laide, n’est pas non plus la démonstration d’une beauté surnaturelle qui ferait se retourner les hommes. Elle peut être catégorisée dans ce que l’on appellerait la moyenne supérieure. Le corps lui est élancé, montrant une certaine force, ou plutôt une certaine résistance physique. Impression qui se confirme pour tout ceux qui auront l’occasion de voir un petit de sa peau et notamment de son dos, en haut comme en bas, portant encore les traces historiques de coup, issus de la maltraitance infantile que l’elfe avait subit et qu’un simple sort de soin n’a pas effacé. Ce genre de « cicatrice », au-delà de son dos, peut aussi se trouver sur ses bras, tout comme son ventre, bref des zones qui volontairement sont difficiles à voir de l’extérieur, l’auteur ayant désiré cacher à la plupart les sévices qu’il faisait subir à l’enfant.

Le corps est lui élancé, la poitrine assez modeste.

Pour passer ensuite sur le visage, ses yeux sont d’un bleu cyan cristallin, qui donne l’impression de brille notamment la nuit, grâce au reflet de la lune, lui donnant une apparence et surtout un regard assez féérique. Ses cheveux sont eux d’un bleu plus foncé dans lesquelles on peut trouver des mèches de cheveux aux reflets violacés. Ses cheveux sont longs et même s’il lui arrive de les détacher, l’elfe préfère les lier en tresse, n’aimant pas trop laisser ses cheveux vaguer dans le vent à l’air libre, cela la déconcentrant.

Ses sourcils sont de la même couleur que ses cheveux, assez long et épais toutefois pour que cela soit signalé, ces derniers comme bien des elfes sortant du visage, tel des moustaches de chat, pour aller de chaque coté de son visage dans le vide.

Les traits de son visage sont eux assez fins, notamment en ce qui concerne son nez.

Après les traits physiques viennent ceux décoratif. La sœur de la lune n’est pas une personne très coquette aimait le luxe et les choses extravagantes, néanmoins sa position religieuse l’oblige à ne pas être négligé dans ses apparences afin de faire honneur à la foi. Ses vêtements restent sobres, du fait de sa religion, fidèle au conservatisme elyséens. Elle opte aussi pour des marques dessinées à la peinture sur son visage, dans des buts cérémoniels. Ces dernières pouvant prendre des formes différentes en fonction de ses besoins. Toutefois elle s’en souvent d’une couleur d’un rouge ocre et très terne. Elle a tendance à également usé d’un rouge à lèvre violet. Pour aller de pair avec sa chevelure.
Histoire
Beaucoup dans ce monde, comparent la naissance à un tirage au sort. Si beaucoup également use de l’excuse du fatalisme de la naissance pour se déresponsabiliser de leurs échecs personnels, il serait difficile de nier que dans bien des cas, la naissance joue un des rôles les plus importants qui soit dans le destin et l’avenir d’un individu. Entre ceux que l’on pourrait dire chanceux, vivant dans une famille riche, aimante, qui leur offrira par le pouvoir et la culture, toutes les opportunités pour exprimer leurs talents. Et ceux malchanceux qui se voyait dès la première seconde de leur existence, écrasé par des fardeaux et des problèmes qui dans un monde sain et bienfaisant, n’aurait pas lieu d’être.

Même encore aujourd’hui, dans cette binarité, des décennies après, Mekiel ne savait pas où se mettre. Après tout, elle faisait partie de ses familles qui avaient de la richesse et de l’argent, les Nelehil se trouvant en effet être de base, une de ses lignées secondaires qui tournaient autour de la lignée principale des Ebonsong. Cette noblesse indétrônable, qui sauf erreur valant plus de la stupidité qu’autre chose était intouchable et qui assurait à chacun de ses membres un grand avenir déjà tout tracé parmi tout les grands postes dont disposaient l’enclave. De l’autre toutefois, avait elle vraiment accès à tout ses privilèges dans une famille qui de toute évidence ne l’aimait pas.

En effet, dès sa naissance de cette lignée secondaire, l’elfe malgré ses jeunes années avaient rapidement comprit que pour une raison qu’elle ne connaissait pas, son père ne l’aimait pas. Un rapport s’amplifiant à mesure que la jeune elfe grandissait. Ce qui était parfaitement visible, quand on voyait qu’il traitait bien mieux et comme un véritable père, le reste de ses enfants, plus vieux qu’elle. En ce qui concernait Mekiel, son traitement à elle évoluait à mesure qu’elle passait les différents âges de sa vie. Ce qui était d’abord des regards froids, des brimades, du favoritisme et une volonté de faire comme si elle n’existait pas de la part de son géniteur, devint au fur et à mesure de plus en plus violent. Lorsqu’elle passa l’âge elfique qui équivalait à celui d’une jeune fille humaine de 7 à 8 ans, c’est à ce moment là que Mekiel reçu ce qui seraient les premiers coups. Coup qui pouvait tout autant être purement gratuit lorsque le père était de mauvaise humeur, que des sévices que l’on pouvait avoir pour des fautes plus ou moins légère ou grave. Naturellement le père n’étant pas stupide, il faisait toujours en sorte que les traces de ses sévices ne puissent se trouver que dans des parties du corps caché par les vêtements afin que nul en dehors de la maison ne soit au courant de ceci.

En ce qui concernait le reste de sa famille, la mère de Mekiel face à tout cela semblait rester en retrait, comme si tout cela ne la concernait pas. Elle ne semblait pas exécrer Mekiel contrairement à son époux, toutefois, il n’y avait dans ses regards et ses expressions aucun attachement particulier vis-à-vis de la jeune fille.

Pour ce qui était du reste de sa fratrie, Mekiel était la dernière de trois enfants, elle avait un grand frère et une grande sœur, bien mieux traités qu’elle ne l’était, et qui de ce coté suivait les volontés de leur part. Il n’y avait de leur part aucune volonté d’intervenir et de faire quoi que ce soit.
C’est ainsi sur ce terreau peu fertile, que comme notre histoire.

La vie d’une personne mise à l’écart des siens pour une raison qu’elle ne connaissait pas, rassemblait pour beaucoup à ce que l’on pouvait trouver dans les contes de fées, si ce n’était que cette fois ci l’ennemi n’était pas la belle mère et qu’il n’y avait l’espoir d’attendre personne pour nous sortir de cette vie triste, morne et insipide. Ignorée par plus ou moins tout le monde, Mekiel vivait dans les extrémités de la demeure à jouer avec les animaux, quand les coups paternels ne la lançaient pas trop. Cette vie dura un certain temps, tant personne n’avait l’intention de lui dire pourquoi elle était comme cela. De toute façon, on ne pouvait pas dire qu’elle cherchait la réponse, qui devait sans doute à ses yeux être des plus terrifiantes. Un tel traitement au fil des années, avait finit toutefois à faire de la demoiselle une personne qui s’était adapté psychologiquement à sa situation, sans doute le méritait elle, les brimades lui avaient fait comprendre qu’elle était un poids pour tout le monde, qu’elle ne servait à rien d’autre qu’à créer des problèmes. L’ombre de l’infériorité planait sur elle, et sans doute ne méritait elle-même pas d’avoir accès à la connaissance de son propre cas. Le sentiment d’infériorité amenant ensuite celui de l’insécurité, Mekiel se constitua progressivement une personnalité de façade, cette personnalité parfaite, toujours joyeuse, toujours au service de ses autres, afin de combler ce vide créer par le rejet perpétuel et ce sentiment d’inutilité qui la traversait depuis longtemps. Une personnalité qui fonctionna si bien qu’à mesure qu’elle grandisse avec cette nouvelle attitude, les sévices que l’on offrait son père se calmèrent bien que de temps à autre, ils pouvaient toujours se produire. Cela ne signifiait pas pour autant que la relation entre les deux devint plus agréable.

Ce train de vie aurait pu durer longtemps toutefois, un événement accéléra les choses, la fracture. Naturellement protégé dans l’enclave, les peuples élyséens étaient épargnés de l’attaque des wyvern, toutefois si ces monstres de part leurs ailes ne pouvaient pas véritablement attaquer des zones forestières, en ce qui concernaient les Nihilim, cela était différent.

Derrière son sourire, la demoiselle était une personne rongée par une négativité certaine, renforcé par plusieurs années de souffrance, une chose qui en faisait une proie facile pour des Nihilim, d’autant que ses émotions en faisait quelque chose d’attirant. Evidemment cela ne loupa pas, et au prise avec un nihilim, ce fut in extremis qu’elle fut sauvé par son père, arrivé toutefois trop tard pour lui éviter d’être contaminer. Voyant le résultat, ce dernier hésita à la tuer tout de suite, décidant toutefois de finalement la mettre en observation pour voir s’il n’y avait aucun doute sur le fait de la tuer ou non. Ce fut alors quelques jours de grande souffrance pour la jeune femme qui finalement survécu avec l’aide d’une sœur de la lune qui était venu pour l’occasion la guérir. Il aurait en effet fait tache de savoir une membre d’une lignée noble ayant été corrompu. Dans le même temps pour éviter une réédition de l’affaire, il fut également décidé d’envoyer la jeune fille chez les sœurs de la lune, une situation gagnant gagnant pour tout le monde, surtout pour le père qui souhaitait se débarrasser d’elle. Finalement le jour de son départ, son père se décida à lui dire quelques mots sur les raisons de sa haine. Elle n’était pas sa fille biologique, mais une batarde que sa femme avait eu avec un des membres de la lignée principale des Ebonsong, son prétendu père ayant été obligé de cacher la chose pour ne pas mettre en péril son avenir politique en défiant cet Ebonsong. Cela fit un choc à Mekiel, qui se demandait pourquoi son véritable père n’avait jamais voulu la voir, tout comme à quoi pouvait-il bien ressembler. La Patriarche des Nelehil refusant de lui dire l’identité de son père.
C’est ainsi avec de multiples questions que Mekiel intégra les sœurs de la lune, pour une vie bien meilleure que chez les Nelehil. Bien qu’elle se cachait derrière ce faux sourire par peur que cette nouvelle vie ne s’effondre pas, un sentiment qui encore aujourd’hui des décennies après est assez vivace. C’est peu de temps après son arrivée que la désormais jeune sœur commença à développer des pouvoirs propre à la lutte contre le fléau des Nihilim, et c’était d’ailleurs précisément à cause de cela, que la sœur venu la soigner avait proposé de la prendre sous son aile.

Le temps passait encore, et Mekiel finit par devenir une sœur de premier plan profitant tout autant de ses pouvoirs de guérisons, que de lutte contre les malédictions, les maladies mais aussi des corruptions des Nihilims. Une combinaison de pouvoir d’assistance qui lui allait bien et qui en faisait une pièce fort utile. Travail oblige, elle finit petit à petit par devenir plus proche des Lunesong que de sa propre famille à mesure des décennies. Famille qui l’avait d’ailleurs presque oublié, du moins jusqu’à récemment, car dans leurs doutes sur la grand prêtresse, les Ebonsong voyait en elle un pion idéal pour permettre de tirer le vrai du faux de cette histoire. Ainsi cette famille qui était si distante devint rapidement bien plus chaleureuse, allant jusqu’à lui proposer de rencontrer son véritable père, proposition à laquelle l’elfe n’a pas encore répondu, divisée entre le besoin existentielle qu’elle avait de répondre à la question de sa paternité, et de l’autre la gratitude qu’elle avait vis-à-vis des Lunesong et de la grande prêtresse ainsi que des autres sœurs.

Que devait-elle faire ? Aider sa famille de sang ou sa famille de cœur ?
A propos...
Pseudonyme : Garden
Comment avez-vous connu le forum ? : C'est mon DC
Que recherchez-vous sur ce forum ? : Ecrire commentaire ici
Un petit mot sur vous ? : RAS !
Image
Kay Fallon
-
Avatar de l’utilisateur
Kay Fallon

Element

Vocation
Paladin niveau 13
Race : Humaine

Pouvoir spécial
Force surhumaine

Alignement
Neutre

Péché capital
Luxure

Bon tendance neutre

Ah ! Connaissant l'individu se cachant derrière ce gentil personnage, je suis curieux de le voir évoluer.

(Re) bienvenue avec ce personnage ! J'espère que tu y trouveras ton compte !
Mekiel Nelehil
-
Avatar de l’utilisateur
Mekiel Nelehil

Element

Vocation
Guerissseur niveau 10
Race : Elfe lunaire

Pouvoir spécial
Dissipation des maladies et malédictions

Alignement
Loyal

Péché capital
Paresse

Bien absolu

50 000 ans plus tard, la fiche est terminée :sifflote:
Image
Vereesa Windrunner
-
Avatar de l’utilisateur
Vereesa Windrunner

Element

Vocation
Mage niveau 12
Race : Draconique

Pouvoir spécial
Portails

Alignement
Loyal

Péché capital
Paresse

Neutre tendance mauvais

Bienvenue à notre première Soeur de la Lune !
Cela va faire du bien à l’Enclave d’avoir de nouveaux joueurs pour peupler ses rangs. Pour en revenir à Mekiel, son concept de double-visage est très intéressant et apporte de vrais enjeux au personnage. Il y a le visage qu’elle offre aux autres et qui lui attirera probablement les sympathies de la plupart de ses rencontre. Et il y a le second, qu’elle cache, et qui semble surtout intéresser les nihilim.

C’est d’ailleurs sa rencontre avec un nihilim qui changera le cours de sa vie. Si une attaque de nihilim n’a rien d’enviable, Mekiel y a survécu, et surtout, elle trouve, chez les Soeurs de la Lune, une “famille” plus aimante que la sienne. Elle y trouvera également une mentor, une voie et un métier.

Suite à cette attaque, elle découvrira aussi le secret de son existence, qui soulèvera probablement beaucoup de questions chez l’elfe. La découverte de sa véritable naissance permet aussi de répondre à certaines interrogations que l’on a découvrant ta fiche à la lecture : pourquoi est-elle si mal aimée par sa propre famille et notamment son père ?

Si les actes ne sont aucunement justifiables, nous en avons au moins la raison. Mekiel serait donc la bâtarde d’un membre de la lignée principale des Ebonsong. Sur ce point, voici quelques précisions (pas bloquantes) à prendre en compte pour la suite :
Il est possible de prendre cette partie de ton histoire de deux façons différentes pour l’intégrer au lore sans pour autant bloquer un membre d’une famille importante par un PNJ. C’est-à-dire : soit, en considérant l’âge de Mekiel, il est possible que ce membre n’appartienne plus à la lignée principale (décès, autre ?) ou alors, puisque tu es resté vague à ce sujet, laisser la possibilité d’en faire un lien dans le futur, avec un membre qui correspondrait au profil ! Qu’en penses-tu ? Cela pourrait-il fonctionner avec ton idée ?

Autrement, il n’y a aucune raison de retenir ton personnage plus longtemps. Mekiel a une histoire riche et une personnalité complexe qui offrira probablement de nombreuses possibilités de RP. Je t’invite à jeter un coup d'œil aux personnages déjà validés qui peuplent l’Enclave pour ta recherche de partenaires !

Ta fiche est désormais validée.
S’agissant d’un DC, tu connais déjà la procédure. Si tu as la moindre question, n’hésite pas. Belle aventure à toi avec ce nouveau personnage :)
COULEUR #80BFFF
Verrouillé

Revenir à « Présentations validées »