Présentation - Vieralstrazs

Cette catégorie recense les fiches de présentation des membres validés ET actifs.
Impossible de poster ou d'éditer ici, si une modification est nécessaire il est néanmoins possible de contacter un membre de l'équipe administrative !
Vieralstrazs
-
Avatar de l’utilisateur
Vieralstrazs

Element

Vocation
Guerissseur niveau 7
Race : Draconique

Pouvoir spécial
Dissipation des maladies et malédictions

Alignement
Neutre

Péché capital
Orgueil

Personnage bon

Vieralstrazs
Celui qui se préoccupe de la vie et la respecte pourra exister pleinement
  • Age : 271 ans
  • Taille : 179 cm
  • Genre : Homme
  • Race : Autre
  • Faction : Alcazar
  • Archétype : Guerrisseur
  • Alignement : Neutre Bon
  • Affinité élémentaire : Feu
  • Péché capital : Orgueil
  • Signature : Dissipation des maladies
Feat : Bloodstone - Ulwazi the Mage by David Kegg
Description mentale
  • Sage
  • Charismatique
  • Orgueilleux
  • Bienveillant
  • Pacifique
Toujours en quête de compréhension, avec le temps Vieralstrazs finit par saisir la nature de ce qui lui était arrivé. Il saisit tout du moins une partie des évènements. Il vivait aujourd’hui dans un monde autre que le sien. Cette découverte était aussi bouleversante que fascinante. Cette expérience fut semblable à une chute. Il avait autrefois l’apparence d’un dragon, mais depuis ce fâcheux incident, il n’était plus qu’une sorte de reflet de ce qu’il était au fond de lui. À ce jour, il ne pouvait plus retrouver sa forme originale pour des raisons qui seront présentées plus tard.

Souffrant de réminiscence, le dragon rouge se sentait prisonnier de ce corps, qui pourtant était le sien. Il persistait en effet un sentiment d’être aussi bien incomplet qu’impuissant. La plupart de ses souvenirs lui manquaient. Par conséquent la véritable connaissance de soi lui était inaccessible. La découverte d’Ankaa était en partie merveilleuse parce que plus il découvrait ce monde et il plus il pouvait re-connaître son identité. Il se découvrait au fur et à mesure qu’il découvrait cette nouvelle vie sur Ankaa. Sa nature profonde surgit lorsqu’il la découvrit et cela eut pour effet de l’apaiser car ses aspirations de dragon du vol rouge furent éveillées.

Les habitants de ce monde étaient étonnants, ils avaient tant de choses à lui apprendre sur cette nouvelle réalité. Il avait bien conscience que seule la connaissance pouvait lui permettre de réaliser ses objectifs, retrouver son monde. S’il voulait le franchir à nouveau, il lui fallait nécessairement en comprendre les règles qui l’ordonnaient.

Pour mener à bien sa mission, il prenait garde à rester très vague quand il était question de ses origines. Vieralstrazs se faisait d’ailleurs appeler Eren Redscale pour les préserver. Voilà où était toute la difficulté de la situation. En quête de guérison, Vieralstrazs s’intéressait beaucoup aux armes l’ayant ainsi handicapées. Une baliste le blessa l’empêchant de retrouver sa forme originelle à cause d’une magie qu’il ne connaissait pas. On pouvait trouver ça étrange de voir ainsi un étranger s’intéresser de la sorte à ces armes-là. Heureusement, il était plutôt bon orateur, ce qui lui permettait de détourner l’attention, prétextant et justifiant des objectifs qui n’avaient rien à voir avec la réalité.

Il apprit enfin que ces armes avaient été conçues dans le désert. Il décida de suivre cette piste sans même savoir qu’elle était fausse. Elle fut tout de même très intéressante, car il découvrit une faction surprenante. L’Alcazar lui apprit bien des choses, lui permettant ainsi de mieux comprendre comment ce monde nouveau fonctionnait. Il perçut également une menace planer pouvant mettre en péril la vie qu’il chérissait tant. C’était un peuple aux coutumes violentes, il découvrit avec un certain effroi les arènes et les combats de gladiateur. Bien que cela soit contraire à ses idéaux, jamais il ne révéla ouvertement son désaccord. Il craignait de se trahir s’il se montrait trop distant avec leurs coutumes. Qui plus est, avec le temps, il réalisa que cela contribuait à canaliser la violence qui semblait propre aux humains.
Description physique
Bien que Vieralstrazs soit un jeune dragon, son apparence humaine est celle d’un homme mûr. Celle-ci n’est pas un hasard, elle est l’image de son esprit. Ses traits laissent transparaître sa bienveillance à l’égard d’autrui. Son visage, malgré la douleur incessante de son bras, montre qu’il est en paix avec lui-même et combien il chérie la paix plus généralement. Cela peut paraître quelque peu paradoxal, se sentant en effet prisonnier. Cependant, plus il apprend sur Ankaa et plus il acquiert les clés lui permettant de se réaliser. Ainsi, il se considère épanoui avec ce sentiment de réalisation progressive.

De petites rides apparaissent à la commissure de ses yeux lorsqu’il sourit. On trouve ses airs charmants en général puisque son sourire est juvénile tandis que son regard révèle un long vécu. Ses yeux dorés vous ensorcèlent car il est difficile de les décrypter. Il suffit de s’y plonger pour y voir une forme d’arrogance et pourtant son regard est d’une grande douceur. Vieralstrazs est un homme sage, cela se voit et il le sait d’où cet orgueil tout juste perceptible.

Sa peau tannée lui rappelle autant la chaleur du vol de feu que la couleur sombre de ses somptueuses écailles. Sous cette forme il est bien moins impressionnant surtout lorsque l’on prend le temps de s’attarder sur son bras blessé qu’il tient toujours serré contre lui. On peut voir une étrange blessure qui le fait souffrir à chaque instant. Cette douleur, certes supportable, devient plus vive s’il est amené à faire des efforts. C’est pourquoi il maintient son bras immobile la plupart du temps.
Histoire
Lorsque le dragon rouge reprit connaissance, ou plutôt prit connaissance pour la première fois sur Ankaa, il émergea difficilement de l’état dans lequel il était plongé. Son corps tout endolori refusait de bouger. Son esprit n’était pas en reste car il était incapable de penser correctement. Alors qu’il tentait difficilement de s’adapter à cette lueur vive du jour levant, il fut tout à coup submergé par un sentiment d’effroi profond. La lumière disparût et il se retrouva plongé dans des ténèbres oppressantes. Désespéré, il se mit à lutter intérieurement pour les repousser.

Le corps tout entier du dragon s’ébranla. Il avait cette drôle de sensation de flotter dans des eaux sombres et lourdes l’oppressant de part en part. En ouvrant les yeux, il perçut des formes aux contours vaporeux. Elles lui étaient familières et pourtant Vieralstrazs était incapable de les reconnaître. Il entendait des voix également semblables à des échos lointains. Ces voix l’appelaient, il en était convaincu. Comme dans un mauvais rêve où le corps se retrouve paralysé, le dragon était sous l’emprise d’une terreur profonde.

Jamais auparavant il n’avait connu d’angoisse si pénétrante. Il ne savait cependant pas encore à cet instant qu’il existait une peur encore plus grande. Un rugissement surnaturel retentit aussi bien dans ses os que dans son esprit. Un rugissement si puissant qu’il faisait vibrer chaque partie de son être. Sa volonté qui jusque-là était tenace s’annihila quand apparût distinctement une gueule béante aspirant tout jusqu’à la lumière. Celle-ci était pareille à un malstrom, une force destructrice de la nature. Il trouva alors refuge dans l’inconscient.

À son second réveil, le dragon était calme. Relevant la tête, il détailla les parois rocheuses autour de lui. Elles lui étaient étrangères. Comment avait-il pu se retrouver en un lieu qu’il ne connaissait pas ? Il remarqua alors que le sol était jonché d’ossements éparpillés. Instinctivement, il s’encra davantage dans le sol, trouva ses appuis fin prêt à bondir en cas de nécessité. Il resta ainsi quelques instants, ses longues et tranchantes griffes marquant le sol. Cependant, comme il ne ressentait nul danger immédiat il relâcha la pression et poursuivit ses observations.
Il semblait être au coeur d’un abri qui était d’après les apparences celui d’un redoutable prédateur. Il avait connu bien des situations, mais aucune ne ressemblait à celle-ci.

Réfléchissant pour ne pas céder à la précipitation, il ne remarqua qu’à ce moment que sa mémoire lui faisait défaut. En effet, il était incapable de non seulement se souvenir comment il était arrivé ici, mais aussi de tout ce qui s’était passé avant ça. Il poussa un grognement qui se répercuta dans les profondeurs de ce qui était un volcan. Qui suis-je ? Se retrouver ainsi dépossédé de son identité était une expérience troublante. Il ne se rappelait pas seulement de son propre nom, mais aussi celui d’une reine aussi distinguée qu’admirable : Alextrazsa. Il était soulagé qu’elle soit toujours présente dans son coeur.

Le dragon rouge se décida à partir en quête de réponses. Déployant ses ailes, il prit son envol dans une bourrasque dont la puissance balaya les ossements. Quelle curieuse sensation ! Il éprouva une sensation familière, celle de voler au milieu d’un monde qui quant à lui était étranger. En prenant de la hauteur, Vieralstrazs scruta l’horizon et perçut un monde irréel, un de ceux que seuls les rêves peuvent révéler. Ce qu’il voyait cependant était bel et bien la réalité. Malgré tout, il ne put s’empêcher d’être admiratif devant cette beauté fragile. C’est alors qu’il perçut du mouvement mais à une telle distance, il ne pouvait en saisir la nature.
Il plongea alors sans hésiter à leur rencontre. Cela ressemble à de la précipitation, mais qu’avait-il à craindre sous cette puissante forme ? Il avait toujours été habitué à être respecté et craint à la fois et de ce fait, il n’envisagea pas un seul instant que cela puisse être différent. Pourtant, ce monde était différent du sien mais il l’ignorait.

Le grand dragon rouge adapta néanmoins son vol qui devint plus placide, de façon à annoncer une rencontre qu’il entendait pacifique. Peu à peu, il distingua une troupe d’humains qui le remarqua très vite. Sans grande surprise, cela engendra de l’agitation parmi eux et Vieralstrazs jugea qu’il n’avait rien à craindre d’eux. Il était déterminé à comprendre ce qu’il se passait et pour ce faire, il lui fallait des réponses. En s’approchant, il remarqua qu’on pointait vers lui une machine qu’il ne connaissait pas. Cela ne l’alarma toutefois pas. Qu’avait-il à craindre d’un instrument aussi insignifiant ? Il agissait toujours sans précipitation, n’y accordant finalement que peu d’intérêt. Là fut son erreur. Lorsqu’il le comprit il était déjà trop tard. Un trait fondit sur lui à vive allure. Juste à temps, le dragon parvint à s’écarter pour dévier sa trajectoire. Le projectile se planta dans sa patte avant. Par le passé, il fut blessé à maintes reprises et pourtant jamais il ne connut pareille douleur physique.
Il poussa un terrible rugissement de rage et de douleur. Vieralstrazs ne voulait pas combattre ni blesser ces créatures qui ne réagissaient finalement que par peur. Il ne pouvait les condamner pour avoir cru défendre leur vie. Il prit alors la fuite, plus difficilement qu’il ne l’avait escompté car la douleur se répandait dans tout son corps. Il parvint cependant à prendre de la hauteur et trouver refuge au coeur de l’ancien volcan.

Des jours durant, il lutta contre une fièvre tenace et une douleur insupportable. Il pensait mourir à chaque instant, ignorant tout de ce poison qu’il sentait se répandre en lui. Aucun réconfort ne se présentait à lui, le jour il souffrait physiquement et la nuit le poison le faisait délirer et réveillait des images terrifiantes. Ses forces lui manquant, le dragon n’eut pas l’énergie pour examiner la blessure et retirer le trait. Il n’y avait aucun échappatoire, aucun moyen de taire ou ne serait-ce qu’atténuer cette douleur. Il sombra dans un état où son corps comme son esprit lui devinrent étrangers. Il ne contrôlait plus rien si bien qu’il se changea en humain involontairement.
Mais quelle ne fut pas sa surprise lorsqu’il réalisa que la douleur, sous cette forme, était supportable. Il put enfin trouver le repos et panser ses blessures du mieux qu’il pouvait, car la magie qui opérait lui était inconnue. Il était incapable de se soigner par ses propres moyens. Il n’était cependant toujours pas au bout de ses surprises, car lorsqu’il souhaita retrouver sa forme originelle la douleur réapparût avant même que la transformation n’ait opéré.

Ainsi, il était prisonnier de ce corps qui avait toutefois le mérite de taire superficiellement la douleur. Quelle était cette magie ? Il sut quelle était sa quête désormais. Il lui fallait commencer par apprendre à vivre dans ce monde et le comprendre. Mais pour cela, il lui fallait agir de manière plus rigoureuse. Il avait vu quelles pouvaient être les conséquences de sa précipitation.
A propos...
Pseudonyme : Hilde
Comment avez-vous connu le forum ? : Via un top-site
Que recherchez-vous sur ce forum ? : Une superbe aventure !
Un petit mot sur vous ? : RAS !
Ankaa
La Terre Mère
Avatar de l’utilisateur
Ankaa

Element

Vocation
Assassin niveau 50
Race : Métisse

Pouvoir spécial
Pas de l'ombre

Alignement
Neutre

Péché capital
Orgueil

Personnage neutre

Salut toi !

Vieraltrazs semble ma foi être entre de très bonnes mains ! C’est une présentation claire et fidèle au personnage.

On ressent bien dans tes écrits cette bienveillance mature qu’il émane, même s’il ne manque pas de fougue du fait de sa jeunesse et de sa nature. C’est un dragon jeune, mais il est bien plus vieux qu’une bonne partie de la population du continent, ce qui peut lui donner un certain sentiment de supériorité qu’il sait néanmoins gérer !

Vieraltrazs a beaucoup à découvrir dans ce nouveau monde, et son ouverture d’esprit qui le pousse vers les autres lui permettra de faire les rencontres qui scelleront son destin ! Comme expliqué, la blessure dont il souffre est due à l’anima, et il lui faudra trouver une solution à ce mal dans un premier temps.

Il lui faudra aussi faire preuve de prudence, car sa véritable nature peut attirer de la curiosité, mais aussi éveiller des intérêts funestes. On pourrait vouloir l’étudier, utiliser son sang, ou simplement l’abattre, ça dépendra des rencontres ! Alors la prudence reste de mise car tout dragon qu’il soit il a bien vu ce qu’il en coûtait de sous-estimer la dangerosité des « bipèdes ».

A toi de décider quelle place il occupera dans l’Alcazar, le rôle que tu veux lui donner pour son intégration. Effectivement certaines pratiques de l’Alcazar peuvent lui paraître irrespectueuses de la vie, mais Vieraltrazs respecte les coutumes des peuples et ne décèlerait pas de malveillance évidente dans tout ceci.

Bien sûr, un certain nombre de choses peuvent le révulser et le mettre mal à l’aise (comme éventuellement l'esclavagisme), mais son réflexe sera plutôt de rester en retrait et de discuter pour essayer de comprendre !

En revanche, ce qui pourrait l’asticoter seraient les intentions de guerre, mais ce serait un casse-tête pour lui, car il verrait bien que le peuple souffre et que la situation devient de plus en plus critique, notamment avec le désert de sable noir.

Enfin voilà c’était mon petit speech de validation !
La fiche est validée, tu seras ajouté dans le groupe des membres pré validé et tu pourras t’occuper du verrouillage de tes choix ! Faction, affinité élémentaire, archétype, etc… C’est un processus automatisé qui te demandera quelques clics pour générer toutes les données relatives au jeu et à ton personnage !

Comme toujours, si tu as des questions, n’hésite pas à venir me trouver 😊
Verrouillé

Revenir à « Présentations validées »