[Prédéfini] - Maeve Ebonsong - Cheffe des Lamenuit

Vous pouvez poster ici des idées de pré-liens que votre personnages pourrait rechercher pour se développer : l'idée est de donner à de nouveaux membres des idées de liens avec des personnages déjà existants.
Attention à faire des liens qui restent viables si un jour vous décidez d'abandonner votre personnage !
Ankaa
La Terre Mère
Avatar de l’utilisateur
Ankaa

Element

Vocation
Assassin niveau 50
Race : Métisse

Pouvoir spécial
Pas de l'ombre

Alignement
Neutre

Péché capital
Orgueil

Personnage neutre

Rôle disponible pour un DC ou une personne très motivée, implication attendue :) Contactez-nous si vous avez un doute on se fera un plaisir d'en discuter !

Image
Prendre ce prédéfini
Ainsi, vous pouvez recopier la description mentale qui est donnée ci-dessous, ce qu'il vous fera produire sera essentiellement le test RP du personnage : un post classique qui vous permettra de vous rendre vraiment compte si vous arrivez à entrer dans la peau du personnage et permettra à l'équipe de voir si son caractère est bien cerné ! ^^

Pas d'inquiétude, ce n'est pas un examen, écrivez simplement comme vous avez l'habitude d'écrire vos RP dans une situation que vous inventeriez qui implique éventuellement quelques dialogues, le sujet est libre !
Caractéristiques
Genre : Femme
Autre nom: Maeve Nightspear (nom de naissance avant de devenir une Ebonsong)
Race : Elfe lunaire
Age : 70 ans
Affinité élémentaire : Vent
Péché capital : Orgueil
Archétype suggéré : Assassin ou Duelliste ou Guerrier
Faction : Enclave élyséenne
Activité : Cheffe du réseau Lamenuit et membre du clan Ebonsong
Signature : Changeforme sabrelune
Autre : Cheveux blancs longs
Plutôt grande, musculature fine
Porte souvent une tenue permettant de se battre et/ou d’être discrète : cuir renforcé etc. Elle n’est pas adepte de tenues de soirées mondaines


Histoire
Actuelle cheffe du mouvement « Lamenuit » : une organisation élyséenne œuvrant pour diverses causes indépendamment de l’influence des trois grands clans dirigeants de l’Enclave. Ce groupe présente plusieurs faces :

Le bouclier : l’organisation soutient les forestiers qui luttent contre la Flétrissure, elle apporte du soutien pour affronter les abominations morbois et utilisent de l’anima volée à l’alcazar (parfaitement illégale dans l’enclave) pour tenter de trouver un remède au mal qui ronge la forêt.
Les griffes : le groupe intervient dans des opérations menant à affaiblir l’Alcazar. Libération d’esclaves, sabotages d’infrastructures, élimination de caravanes commerciales stratégiques
Les sens : le groupe est également un réseau de renseignement tourné vers l’Alcazar et ses éventuels alliés. Il favorisera toute opération ou élimination de cible qui provoquera des dissensions entre l’Alcazar et ses alliés commerciaux.

Ce réseau n’est pas reconnu par l’Enclave, ce qui signifie que si les opérateurs se font prendre en territoire ennemi il ne leur sera accordé aucune aide officielle. Néanmoins, cela contribue à accentuer une situation déjà explosive, et les diplomates de l’Enclave accusent le clan Ebonsong de ne rien faire pour remédier à la situation.

Si nul ne se revendique ouvertement comme appartenant au réseau, les hautes sphères savent depuis fort longtemps qui est celle à sa tête. Une ancienne forestière impétueuse, Maeve Nightspear, récemment devenue Ebonsong. Il n'est néanmoins pas possible de le prouver : une accusation ouverte étant susceptible de causer de graves conflits internes.

Donner un coup de pied dans la fourmilière n'est pas spécialement souhaitable concernant le groupe : d'autant plus que Lamenuit est utile à l’Enclave dans bien des domaines. Il ne serait donc pas nécessairement profitable de s’acharner à son démantèlement.

Fille de Nangorn Ebonsong et de Deliah Nightspear, Maeve est entrée dans la lignée principale du clan Ebonsong suite à la mort de ses parents : tués durant la bataille de Stonerage, il y a cinq années de cela.

Son enfance ne comporte pas vraiment de points particuliers ayant pu forger sa personnalité.

Elle aura pu être entourée très tôt et développer ses compétences sociales au travers de diverses rivalités et amitiés. Elle aura toujours accordé une grande importance à ses entraînements martiaux : c’est une meneuse, mais c’est aussi une farouche combattante.

Dès sa vingtième année, Maeve Nigthspear rejoignit les rangs des forestiers tandis que la flétrissure commençait à faire parler d’elle. Elle y fit ses preuves, et démontra une grande efficacité pour la cause : à plusieurs reprises, elle alla au-devant du danger et connu la perte de ses pairs. Elle apprit le poids des décisions et comprit très vite que parfois le sacrifice était nécessaire au bien commun.

La renommée de ses parents, et plus particulièrement celle de son père, l’ont, certes, aidée à se faire un nom parmi les forestiers. Mais c’est bien à force d’effort et de sacrifices divers qu’elle parvint à rapidement gravir les échelons et gagner la confiance d’autres personnes : majoritairement des elfes.
Meneuse par nature, son charisme et son assurance font qu’en général elle parvient à se faire respecter en tant que cheffe. A plusieurs reprises, elle prit la tête d’expéditions de plus en plus importantes, de plus en plus risquées… De plus en plus audacieuses.

Le réseau Lamenuit naquit et se renforça au fil du temps autour de la personnalité de Maeve Nightspear. La jeune elfe porte sur ses épaules la confiance de ceux qui se sentent abandonnés, la hargne de ceux qui défendent leur foyer et la rancœur froide de ceux qui veulent venger un être cher.

Même avec le soutien des Lamenuit, les forestiers essuyaient de plus en plus de pertes dans leurs rangs face à des abominations bien pires que les armes d’anima de l’Alcazar. Le morbois avançait, lentement, inexorablement, chaque mètre parcouru sonnait un glas sinistre…
Et tout ceci dans l’indifférence la plus totale de l’armée élyséenne, bien trop occupée à fomenter quelques opérations militaires déloyales contre quelques sauvages bien inspirés dans le désert boréal.

Comme un arbre, le réseau Lamenuit, autrefois simple escouade menée par Maeve au sein des forestiers, étendit ses racines. Il toucha plus d’âmes, plus de sensibilités. Avec un point commun : sauver la forêt primordiale et combattre la corruption du monde quoi qu’il en coûte.

Le temps passant, il fut largement soupçonné que l’Alcazar pouvait avoir un rôle à jouer dans la Flétrissure par le biais de l’extraction de l’anima. Cette dernière est en quantité très faible sur le territoire de l’Enclave et il fut décidé que son utilisation était un sacrilège.

Véritable conviction ou vaste hypocrisie motivée par le refus de céder un avantage à autrui ?
Les arcanes de la stratégie militaire sont complexes.
Fort bien éclairé est celui qui parviendra à tracer la limite entre bonnes intentions et bas intérêts élitistes.

Toujours est-il, Maeve aime sa patrie et croit en la Terre Mère, mais elle n’est pas convaincue du rôle que peut jouer l’anima dans le drame qui se joue : est-ce la cause ? La solution ? Rien de tout ceci ou bien les deux ?

Cela fait des années que les forestiers sont impuissants face à la Flétrissure, et c’est pourquoi le réseau Lamenuit a fini par s’intéresser de près à l’Alcazar : pour trouver une solution à un mal que l’on ignore comment combattre.
Fallait-il simplement stopper l’extraction d’anima ? Fallait-il tenter d’utiliser l’anima pour soigner le bosquet ?

Diverses opérations furent réalisées : des opérations de sabotage, d’espionnage, d’assassinat… Le réseau Lamenuit échappe au contrôle de l’armée, mais ses talents ont déjà été officieusement demandés pour certaines opérations sensibles.

Les Lamenuit œuvrent dans l’intérêt du Bosquet, ce ne sont pas de vils mercenaires, et ils sont fort capables de collaborer avec un ordre qui ne leur offre aucune contrepartie concrète. Ce sont des patriotes avant tout.

C’est ainsi que le réseau fondé par Maeve fut à l’origine de l’importance défaillance des armements d’anima qui manquant de faire tomber Stonerage il y a de cela 5 années.

La bataille de Stonerage… Ce qui se voulait être un succès retentissant se transforma en une sinistre mascarade sanglante. Le groupe Lemenuit avait pourtant parfaitement saboté toutes les installations, la diversion devait permettre de prendre la capitale…
Les renforts ne sont jamais arrivés. Les parents de Maeve furent happés par ce drame : cet échec qui n’aurait jamais dû arriver.

Maeve fut certes affectée par cette perte, elle aime sa famille et souhaite protéger son foyer, mais elle l’accepta cyniquement car elle refusait de s’attacher un boulet au pied.

Il fallait aller de l’avant, et elle n’était pas femme à se morfondre sans fin sur la fatalité du sort : elle prendrait sa revanche sur le destin et le soumettrait s’il le faut.

Ces tristes évènements lui permirent toutefois d’avoir une chance d’accroître davantage son influence et son pouvoir de faire changer les choses : une place vacante dans le clan Ebonsong.

Pour elle, l’Enclave est dans une espèce d’immobilisme malsain, face à l’Alcazar. En chiens de faïence, les deux ennemis se toisent, se provoquent, mais ni l’un ni l’autre ne semble désireux d’affronter l’ennemi sur son terrain.

Et que dire de ces diplomates qui espèrent que quelques accords signés effaceront la tenace rancœur de ceux à qui on a refusé de tendre la main quand ils en avaient le plus besoin… Ceux-là… Ce sont les vrai égoïstes, prêt à risquer la Terre Mère pour leur simple survie.
Maeve était jeune durant ces évènements, et elle ne nourrit pas spécialement d’avis sur le renfermement de l’Enclave durant le règne des wyvernes. Mais elle considère que ces haines qu’alimente ce « détail de l’histoire » ne sont qu’un vain prétexte pour éviter de se mouiller dans une guerre tant qu’un gagnant évident n’était pas désigné…

Il fallait gagner le plus, et perdre le moins. C’était aussi simple que cela. Et c’était bien naturel : nul besoin d’essayer de ses trouver des excuses.
Et c’est dans cet espèce d’immobilisme que la jeune elfe souhaite agir : faire bouger les choses en tirant les ficelles.
L’Enclave, orgueilleuse, a pensé pouvoir éradiquer les peuples du Nord avec une attaque surprise. Et cette arrogance se paie aujourd’hui et il faut simplement redresser la barre.

Les choix et les actes de la jeune elfe ne font pas l’unanimité, même au sein du clan, et elle en a bien conscience : néanmoins, le patriarche semble le tolérer. Après tout, ne l’avait-il pas justement choisie en partie à cause de ces « activités clandestines » ? Il appréciait cette liberté d’agir pour son peuple qu’elle avait su s’octroyer indépendamment des élites immobiles qui dirigent la faction.

Aujourd’hui, Maeve est toujours très impliquée dans les affaires des Lamenuit tout en gardant une présence épisodique sur Yggdrasil pour assister à certains rassemblements du clan. C’est une espèce d’électron libre, qui peu disparaître plusieurs semaines sans que personne ne sache où elle se trouve : il lui arrive d’aller elle-même sur le terrain, y compris en Alcazar.
Description mentale
  • Charismatique
  • Solitaire
  • Meneuse
  • Hautaine
  • Amorale

Charismatique : Maeve est une personne très sûre d’elle qui sait inspirer les gens et galvaniser ceux qui désirent la suivre. Elle dégage une espèce d’ascendant naturel qui peut facilement convaincre les gens de lui obéir sans user de violence ou d’autorité explicitée.

Solitaire : Malgré l’aura qu’elle dégage, elle reste une personne qui affectionne sa tranquillité et elle préfère parfois agir seule ou se couper du reste du monde pour se retrouver elle-même et parfois méditer.

Meneuse: Elle n’a pas peur de prendre des décisions importantes, même si elles sont impopulaires. Maeve peut faire preuve d’une autorité agressive quand il le faut, mais ce n’est pas une tête brûlée et elle sait parfaitement se contenir.

Hautaine : C’est une elfe lunaire d’une lignée privilégiée qui disposent de certaines facilités et du don de changeforme. Maeve est bien consciente de cette supériorité de fait et peut se montrer particulièrement hautaine. Son orgueil est d’ailleurs l’un de ses principaux points faibles : elle acceptera rarement la critique et aura tendance à ne pas se remettre en question, même devant l’évidence.

Franche : Ce n’est pas vraiment une personne adepte de manipulation et de complots politiques. Elle a des convictions et est convaincue de leur bien-fondé. Elle préfère largement être suivie par ceux qui partagent sa vision que de traîner derrière elle des boulets qui agiront à contrecœur ou par intérêt personnel.

Amorale : Maeve n’a pas de notion nettement établie de bien ou de mal : elle n’est ni bonne, ni mauvaise. Elle est simplement prête à n’importe quoi pour servir la cause, y compris si elle doit couvrir ses mains du sang des innocents, fussent-ils élyséens.

Combattive : C’est une femme de terrain et de conviction, et elle n’hésitera pas à prendre elle-même les armes pour la cause, même si les circonstances ne l’avantagent pas. Maeve n’a pas pour habitude d’abandonner, de dénoncer, de renoncer ou de se laisser intimider facilement.


Dernière remontée par Ankaa le 27 août 2022, 20:35.

Revenir à « Prédéfinis et préliens »